• HYMNE A LA NUIT

    Au firmament de mes nuit blanches
    Lorsque tout n'est qu'incohérence
    Que je me perds dans le silence
    Je me délite dans la souffrance

    Lorsque la nuit me prend mon âme
    Pour la transformer en larmes
    Quand les petits matins déchantent
    Que la souffrance devient amante

    Lorsque je descends en enfer
    Où se confondent amour et haine
    Quand les draps de mon lit
    Se glacent de mes insomnies

    Lorsque ta place reste vacante
    Et ne m'offre que le silence
    Que j'ai le mal de toi
    De ton corps, de ta voix

    Lorsque la nuit me prend au piège
    Entre ses griffes acerbes
    Quand le silence devient tonnerre
    Et me plonge dans les ténèbres

    Quand j'ai le mal de moi
    Que je ne pense qu'à toi
    Quand je suis amputée
    D'une partie de mon âme

    Lorsque mes sens s'embrasent
    Et que je me sens femme
    Lorsque l'aube blafarde
    Me trouve encore en larmes

    Quand le jour me trouve épuisée
    D'avoir rêver que tu m'aimais
    Quand je me perds dans la souffrance
    Je couche des mots sur ma page blanche.

    HYMNE A LA NUIT

     
    « SPLEENIL SUFFIRAIT »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :