• La Confiance et le Respect
    Viennent de se rencontrer
    Ils ont choisi la même Femme
    Une douce et belle dame
     
    Le Respect s'enquière de ses préférences
    Il veut de son côté, mettre toutes les chances
    Il sent qu'elle est fragile
    Peut-être un peu fébrile
     
    Il sait être patient
    Tout aussi tolérant
    Il ne s'impose pas
    La laissant faire ses choix
     
    Le Respect est aux petits soins
    Du soir jusqu'au petit matin
    Il sait se rendre indispensable
    Pour Elle, il est des plus aimable
     
    La Confiance s'installe
    A petits pas feutrés
    Elle se veut amicale
    Pour ne pas la brusquer
     
    Elle lui offre son épaule
    Elle prend à cœur son rôle
    Et lui donne son sourire
    Pour un bel Avenir
     
    Elle ne se permet pas
    De propos déplacés
    Dans cette vie en émois
    Elle est bien installée
     
    Elle se veut rassurante
    Comme une belle amante
    Et garde tous les secrets
    Qu'elle veut bien lui confier
     
    Le Respect et la Confiance
    Ont conclu une belle alliance
    Ils ont choisi de protéger
    Le Rêve et la Réalité
     


    votre commentaire
  •  

    L'Égoïsme et l'Indifférence
    S'entendent comme larrons en foire
    Ils se connaissent depuis l'enfance
    Ont suivi les mêmes cours du soir
     
    L'Indifférence ne te voit pas
    Pour elle tu n'existes pas
    Elle se balade dans sa vie
    Entourée de tous ses amis
     
    L'Égoïsme est plus retors
    Il ne veut jamais avoir tort
    Il pense à sa petite personne
    Peu lui importe qu'il y ait maldonne
     
    L'Indifférence ne parle pas
    Que pourrait-elle avoir à dire?
    Elle est de si mauvaise foi
    Que ça prête presque à sourire
     
    L'Égoïsme se prend pour un Roi
    Sa Majesté le" Roi du Moi"
    L'Égoïsme et l'Indifférence
    Sont tous deux source de Souffrances


    votre commentaire
  • Les nuages s'amoncellent
    Dans ciel ciel gris couleur de suie
    La Nature est en souffrance
    La pluie est sa seule délivrance
     
    Elle s'est invitée cette nuit
    En faisant beaucoup de bruit
    Les fleurs écrasées de soleil
    Commencent à relever la tête
     
    La pluie est en colère
    Elle a le soleil comme adversaire
    Il a fait souffrir la nature
    Par sa chaleur en démesure
     
    "Regarde" lui dit-elle
    Toutes ses brulures
    Que tu as infligé
    A notre belle nature
     
    Tu devrais te faire moins ardent
    On t'en serait reconnaissant
    Heureusement que je suis là
    Pour mener ce joli combat
     
    Pourquoi ne pourrait-on s'entendre
    Sans pour autant faire un esclandre?
    Arriver à un compromis
    Pour que la Vie nous dise Merci.

    votre commentaire
  • Toi le grand frère qui m'a manqué
    Permets moi de t'inventer
    Pardonne moi de te faire vivre
    En me servant de quelques rimes
     
    Tu m'aurais appris à marcher
    Tu m'aurais appris à rêver
    Tu m'aurais enseigné la Vie
    Tu m'aurais fait connaitre la pluie
     
    Je t'aurais confié mes peines
    Tu aurais partagé mes joies
    J'aurais été ta petite sœur
    Avec Toi,ce serait le "bonheur"
     
    Tu aurais été mon idole
    Celui qui m'apaise,me console
    Je t'aurais souvent fait damner
    Simplement pour m'amuser 
     
    J'aurais voulu tout faire comme Toi
    Je t'aurais agacé parfois
    Tu m'aurais raconté des histoires
    Pour que je n'ai pas peur du noir
     
    Tu te serais moqué de moi
    Juste pour me faire enrager
    Puis tu m'aurais pris dans tes bras
    Tendrement pour me consoler
     
    J'aurais sans doute été jalouse
    Qu'une autre te fasse les yeux doux
    Nous aurions été si complices
    Comme deux Amants en fin de Vie
     


    votre commentaire
  •  


    3 commentaires
  • Maman, où es-tu?
    Pourquoi t'es-tu perdue
    Si loin dans le passé
    Tu ne me souris plus
    M'aurais-tu oubliée?
     
    Ton regard me survole
    Parfois il m'interroge
    Puis repart brusquement
    A la limite du Temps
     
    Hier encore, tu avais dans les yeux
    Cette petite étincelle
    Qui faisait mon bonheur
    Hier encore, tu avais dans le cœur
    Cette Tendresse de toutes les heures
     
    Dans ton petit appartement
    Tu attends que passe le temps
    Dans ton regard qui se perd
    Je ne trouve plus de lumière

      
     
    Doucement je te vois changer
    Tu retournes dans le passé
    En me parlant de mes frères
    Qui sont venus manger hier
     
    Chaque jour je m'assois
    Tranquillement près de toi
    Je te parle doucement
    Comme à une enfant
     
    Maman, ta mémoire vacille
    Tu t'éloignes irrémédiablement
    Tu sais" je suis ta fille "
    Et je suis impuissante
    A arrêter le Temps 
     

    votre commentaire